16 novembre 2018

Peter, le gastronome en culotte courte

Par le Bardatruc
Un entraînement honorable ce mardi, en tout cas sans commune mesure avec les entraînements calamiteux des deux dernières semaines. Etait-ce lié à plus d’équité dans les équipes, un placement de chacun plus adapté à son niveau ou tout simplement la volonté sincère et amicale de transmettre le ballon à son coéquipier. Le rugby est avant tout une histoire d’amour mais entre...hommes en fait.

Pour certains, cela n’est pas possible et pourtant. Ce mardi, même si ce ne fût pas la passion de "Casablanca" (1942), "Un homme et une femme" (1966), "In the mood for love" (2000), il y eut de nombreux gestes rappelant sans aucun doute "Brokeback mountain" (2006). Pour ceux qui ne l’ont pas vu, c’est une très belle histoire d’amitié virile entre deux cowboys chevauchants mais sans... cheval.
Bon bref, vous l’aurez compris ce mardi, ce n’était pas une quinzaine d’hétéros macho frustrés par le boulot, les emmerdes, la rocade, etc...mais plutôt une quinzaine d’individus plus complexes qu’il n’y paraît. Des individus altruistes, à l’écoute du désir de chacun de leurs coéquipiers afin de leur faire prendre le trou, élargir les espaces, jouer en profondeur. L’atmosphère était à la fois troublante et très gaie !

Jeff, habillé d’un short noir très ajusté, joua le maître de cérémonie. Une main de fer dans un gant de velours, il soumit, pour leurs plus grands plaisirs, les autres joueurs à toute ses décisions.
21H30 sonnait et tout le monde s'en alla trottiner vers les douches, mais chut.

Au trou nous attendait Peter. En cette période de commémoration de la fin de la grande mais surtout horrible guerre, Peter avait décidé de remettre l'amitié Franco-Allemande à l’honneur en s’habillant d’un splendide costume germanique. On ne le voit pas bien sur la photo mais Peter portait une salopette courte du plus bel effet d’où le titre. Comme le faisait finement remarquer Poulpo prenant son plus bel accent allemand : “Ce soir, nous sommes accueillis par le coussin Peter !”. 

A propos d'histoire, Coco rappela aux Castors présents la perte d'un personnage important ayant marqué la vie du club : Jean Pozzo di Borgo. Nos pensées vont à sa famille.

Les agapes teutones pouvaient alors démarrer. En entrée, des rillettes à base de joueurs brésiliens hachés par la Manshaft lors de la demie finale de la coupe du monde 2014 (score 7-1). La présence de cornichons confirmait définitivement l’origine footballistique.

Puis une “kolozale” choucroute aux saucisses de Francfort et Strasbourg. Ouvrons ici une parenthèse culturelle car si la saucisse de Strasbourg est au bœuf, la saucisse de Francfort est au porc. Pour les mémoires les moins plastiques, retenez ce moyen mnémotechnique : fort = porc, bourg = boueurf.

Jacquouille, en chef de rang rigoureux, insista pour qu'une saucisse de chaque, une patate et 500g de choux soit servie dans la trentaine d'assiettes implorantes. Accompagné de bière, offerte étrangement par un président rappelant que l’AG aura lieu le 11 décembre, les ventres se remplirent jusqu'à ce que les dents du fond baignent.

Évidemment, il y eut des conversations sur cette quinzaine de clown portant un maillot bleu avec un coq et jouant à la baballe au stade de France. Certains affirmaient le plus sérieusement du monde qu'il s'agissait de l'équipe de France de rugby, mais nombreux n'y croyaient pas ou plutôt plus.
Côté UBB, l'éviction de Rory Teague, alias "Strange smile", permettra, nous le souhaitons, à certains de jouer plus décontracté.

Le lancer d'assiettes fût légèrement anxiogène mais finalement assez réussi. Peter, dans sa grande générosité, mit probablement de sa personne dans le fromage qu’il nous servit puisque ces derniers sentaient fortement des pieds, à moins que ce ne fut du Livarot et du Munster.

Une tarte bavaroise "ossananas" et autres fruits de saison de l’autre bout de la terre cala les plus gourmands.

La belote fût intimiste,seulement 5 joueurs, et parfois spectaculaire 2 super baraques de Perdigue obligent. Elle fut remportée par Zinzin alors que Perdigue essayaient d'embrumer tout le monde sur la belote-rebelote, dix de der, un café et l’addition. Sa dernière super-baraque ratée permit aux trois avant-derniers de finir second et lui troisième et dernier.

A sortir du trou, la nuit était douce. Le Barde, resté chez lui, lisait ces vers de Baudelaire qui lui sont chers :
C’est une femme belle et de riche encolure,
Qui laisse dans son vin traîner sa chevelure.
Les griffes de l’amour, les poisons du tripot,
Tout glisse et tout s’émousse au granit de sa peau.

09 novembre 2018

Un poulpe tous et tous poulpe un


Par le Barde et le Bardatruc
Par quel miracle la pluie nous épargna-t-elle ? Ceux qui avaient déserté Musard au motif du temps s’étaient fourvoyés. La gonfle, de toute éternité, se moque du temps qu’il fait. Le pré se foule avec ou sans pluie ; il est accommodant.

JB ne nous observait pas ; il était au trou. Par contre, le Poulpe commit quelques foulées alors qu’il était de bouffe, histoire de nous épater. Et le Prez poursuivait sa remise en forme en ceignant le pré de sa foulée superbe.

Comme la semaine dernière, le déséquilibre était de rigueur. En sorte qu’une équipe fit pâle figure. Ses ballons tombaient à gravelotte, ce qui, soit dit en passant, ne saurait être imputé à sa rivale d’un soir. Mais, celle-ci possédait ce mariage du geste et de la vitesse sans quoi le toucher est peu de choses. Le Barde gémissait un peu demandant à ce que justice soit rendue. Le Tarbais n’écoutant que son cœur changea de camp. Au grand dam de Dudu qui n’aime rien tant que le statu-quo.

Le rugby est affaire de passes ; l’affaire est entendue. Et de lucidité. La tête joue son rôle. Un bon regard supplée souvent à la célérité des cannes. Et une bonne gestuelle. Il faut laisser du temps au temps comme disait l’autre. Soyons patients. Tôt ou tard, ils dresseront leurs minois, iront droit, feront une passe sur un pas. Et la vie sera belle.

Faire traverser le terrain au ballon peut paraître peu ambitieux mais après tout c’est l’objectif principal de l’équipe de France et c’est bien plus gratifiant pour le groupe que de se débarrasser irrespectueusement du ballon ou prendre invariablement un trou qui n’existe pas !

Enfin, une dernière remarque ronchonne concernant l’appréciation des en-avants. En effet, ce n’est pas parce que le ballon avance par rapport au sol qu’il y a en-avant comme le démontre cette vidéo, certes anglophone.

Poulpo, le cuistot de bouffe nous accueillit avec ce sourire lumineux que tout le monde lui connaît. Son patronyme n’est définitivement pas usurpé.

L’assemblée était modérément garnie. Lolo était là et Guitou itou. Pas de Titi cependant. Reviens Titi, le Poulpe est orphelin. Pépé trônait et vers les 22:15, il sonna le rappel.

L’ambiance serait tropicale au vu de la bouteille de rhum arrangé posée sur le bar. Mais sous quels tropiques “l’amour se raconterait en musique” s’interrogèrent les plus prévoyants, ceux des îles caribéennes, indiennes ou pacifiques ?

L’entrée trancha, ce sera un repas réunionnais ou presque puisqu’un achard de légumes nous tendait les bras, accompagné … des tranches de boudin béarnais ! Ouvrons ici une parenthèse culturelle. La Réunion, île située dans l’océan indien, découverte par un Portugais en 1500, accaparée par les Français en 1642 et comptant 850.000 habitants soit 100.000 de plus que la métropole bordelaise, est connue et reconnue pour son multiculturalisme. De fait, notre Poulpo pouvait donc légitimement faire cette association étonnante. D’un autre côté, vu la moue de certains quand il n’y a pas de charcuterie...

Puis un rougail saucisses de Montbéliard accompagné d’un riz basmati Pontissalien associées à de lentilles Bisontines.

Guitou, ayant probablement rendez-vous avec la lune, en reprit deux fois sans oublier le piment.

Quel lancer ! Le Poulpe a la tentacule efficace. Pas l’ombre d’une chute. Coco aurait été content. Un chant crémier se leva. Pas de chanson monotone. Rien que cette ode au fromage, familière et mélodieuse. La chanson est bonne fille.

En fromage, un camembert du Piton des neiges et un brebis du Piton de la fournaise, nous permirent de terminer agréablement un dernier verre de vin.

En dessert, la glace à la vanille de Madagascar fût la seule entorse à ce repas Réuniono-Bearno-Franc-Comtois ! Heureusement pour les gastro-intégristes, celui-ci était servi avec un biscuit maison au raisin chocolaté, croquant mais moelleux. Beaucoup de douceur en somme. Pour la joie d’Amélie qui n’aime rien tant que la douceur des choses. Jean-Phi avait déjà pris la poudre d’escampette. La Jacouille était sage, attendant d’exercer ses superbes à la belote.

Il y eut donc une belote, comme d’ordinaire. Amélie s’en tira au mieux. Pour un petit point, Jacouille ne parvint pas à honorer une super baraque. Quel panache cependant. Qui l’emporta ? Peu importe.

Toujours pas de pluie comme nous franchissions le seuil du trou. Le pavé était humide. Pas d’étoiles. Un ciel sombre. . Dans les bras de Morphée, nous rêvions de percées fantastiques.


02 novembre 2018

Les Toulousains de bouffe: le trou en clé d’envoûte

Par le Barde, le Bardibule et le Bardatruc
Le blogger ayant oublié d'appuyer sur le bouton, une petite photo de Porto
La nuit nous attendait, la nuit de Musard. Le ciel était pur ; l’air vif. Pioupiou avait pris les devants et trottinait avant l’heure. Nous étions une quinzaine. Sur le bord de la pelouse synthétique, de vraies touffes d’herbes narguaient leurs hypothétiques semblables.

Un vent de jeunesse flottait : Antonin, Joss, Maxou, Marc... JB était là et nous observait. Perdigue nous rejoignit sur le tard, tout de rouge vêtu.

La partie ne fut équilibrée qu’en ses débuts. Puis, l’équipe de Sergio affirma, sans conteste, sa suprématie. En face, les ballons tombaient comme des mouches. Doc tentait bien de faire parler ses cannes. En vain. Il n’était pas du bon côté. Et des cannes sans mains sont de peu d’effets au toucher. Jean-Phi non plus, de retour des îles, n’avait pas élu le bon camp. Joss, Le Poulpe, eux, franchissaient inlassablement la ligne promise. Lors que le Bardatruc alternait d’une équipe à l’autre.

Etait-ce l’arrivée imminente de la Toussaint, l’équipe du Barde ressemblait plus aux zombies de Thriller qu’à la Compagnie créole. Cela expliquerait d’ailleurs les grognements et vociférations de certains membres de son équipe... Jouer avec un bras, une jambe ou un œil en moins n’est certes pas satisfaisant mais jouer sans bienveillance est terriblement frustrant. 


Les zombies se passent facilement des bonnes volontés du doc. Un curé aurait bien fait l’affaire pour le miracle d’une ressuscite.  Halloween se branle de tous soins ou donneur de bon sang. Le doc criait à la lune sans compter le psy qui pleurait son corps. Le barde s’autorisa quelques envolées célestes mais bon le jeu vivant avait choisi son camp. Une clarté obscure dans une sombre lumière, l’aire est hémiplégique et sera partielle sur le sujet. L’âme se désespère dans l’impasse de la passe. Malgré la débâcle il y eut des sursauts. L’électroconvulsothérapie a du bon pour remettre des coup de jus. Sisyphe pleure ses putains d’aller retour en diagonale et l’absence de course dans l’axe en boulet du désespoir. La propose a du bon quand la tentative de prise du trou est faite.  L’onction sacrée ne fait plus jonction. La dame nation en gonfle pleure au désespoir. 

Ma seule explication à la débâcle du soir tient à la physique pure et non à l’ésotérisme des changements de lune. Ne serait-ce le cri du Loup Gascoun que j’entends au loin ou le désespoir d’un loup garou de mauvais poil? Quoi de neuf, docteur?... La lune se veut pleine pour une transformation mais pour cela la ligne doit être franchie. Le terrain n’est pas plat. La terre est ronde et du coup les bords ne sont sur le même plan a défaut d’inertie. La statique avec gravité fait le reste, les lourds se retrouvent au pied de la voûte donc sur les bords et les cannes au centre au sommet. Il est bien connu que pour les courses à l’aile rien de tel que l’impact des gros et pour fixer l’adversaire la vitesse des ailiers au centre promet systématiquement l’en-but. La recette a défaut de hurlevent prit un soufflet! Seul Fayou fait exception. L’homme fait pencher le bon jeu en supprimant la fameuse voûte et créant un plan de son côté et tel Moïse sépara les os d’en face pour s’offrir les fameux couloirs de l’aplati. Bref la machine devient infernale et Cocteau pleure la jeunesse. “Le vrai tombeau des morts, c’est le coeur des vivants.” Putain le jeu mérite du mouvement pour déjouer les dérives et le temps de sainte mère nature. Dudu en prêtre du damier a subi cette contrainte de la prise du globe et l’expérience se retrouva à l’aile sans aumone. Un comble pour le maigre qui se retrouve gros sur la patate!

En face Romain et Serge firent danser le cuir tel Fred Astaire et Ginger Rogers, “tel” au singulier car ces deux la ne faisaient qu’un. Fayou, à l’aile, fut servi royalement dans un couloir aérien malheureusement trop étroit pour cet A380 du rugby Archiball. De l’autre côté, le Poulpe malgré des jambes fourbues d’avoir arpenter les crottoirs Parisiens, ne se fit pas prier pour finaliser une envolée d’envergure. Joss et Perdigue ferraillèrent au centre et comme le dit Bourvil, le dire c’est bien mais le “faire” c’est mieux.

Le Tarlousain était de bouffe. Cécile à ses côtés. Une douce entorse à la tradition. Une sage décision du Prez. Le tarlousain ne change pas. De nombreux invités étaient là. Qui de Jacouille. Qui de Pépé. Nous étions une bonne trentaine. Avec les fidèles : le vieux quatre, Tauzin, le prof et, bien sûr, Jacouille. Le grand Tom nous retrouvait. Mais au fait, où est passé Toto ?

Et les poireaux vinaigrette de l’entrée déplorait Jean-Phi ? Pfouit, engloutis par les plus vorace. Pas grave, il n’y avait qu'à attendre le rôti de boeuf et sa poêlée de champignons (cèpes, girolles, boutons de guêtre) servi à l’assiette je vous prie. Accompagné d’un duo de purée carottes et céleris, le palais était dans tous les palais.

Un lancer d’assiettes confus en ses prémisses, puis de plus en plus affirmé. Trois variétés de chèvres dans l’assiette avec une pincée de miel. Et une chanson casse-couilles et monotone si peu au diapason de ce méli-mélo né de la famille des caprins.

Ce repas se termina en apothéose cacaotesque. Mais qu’est ce que le cacao sans amour, dirait Vincent Bolloré à un dictateur africain. En effet, étant passé fortuitement par le trou avant l'entraînement, le blogger surprit nos amoureux d’un soir pétrir avec passion la farine du moelleux au chocolat qui régalerait les Castors. Pressé par le temps, il repartit turlipiné par la façon dont Cécile monterait les oeufs en neige...au fouet peut-être, pour le plus grand plaisir de notre Tarlouzain!

Une belote se tint à l’extrémité du comptoir. Cécile damna le pion à la gent masculine. A l’exception du grand Tom. Le bardibule jouait la dernière place avec Perdigue qui d’un valet de pique lui fit la nique. Le jet et des bonbons acidulés à souhait agrémentaient les officiants.

La nuit dispensait son haleine sur les rares passants. La nuit ne ment pas. Elle nous rend à nous-mêmes. Amélie souriait. Le Tarlousain tentait quelques pas de danse avec Cécile sur le pavé. Hamilton pédalait. Le monde peut toujours battre sa démesure, lorsque le castor quitte son antre, le mardi soir, il renaît. Les queues plates appartiennent, à n’en pas douter, à l'espèce vespérale.